4 bonnes raisons de préférer les « bois de Pays » !

Posted by on Fév 1, 2018 in L'Actualité de l'Atelier | No Comments

Si vous avez parcouru notre site ou si vous nous suivez sur les réseaux sociaux, vous savez que l’Atelier a une forte préférence pour les « bois de Pays », c’est-à-dire du bois élevé en France !
Mais savez-vous pourquoi ? Voici 4 bonnes raisons qui vont certainement influencer le choix des essences de vos prochains projets !

Photo de la forêt d'Iraty, au Pays basque, réalisée par Etienne Garbay-Douziech - Atelier Etienne bois

1. Préférer le bois de Pays, c’est écologique !

Un tronc, c’est lourd. Et le déplacer demande donc beaucoup de carburant. Ainsi, quand on choisit une essence produite en Amazonie par exemple, il faut penser au fait qu’outre l’abattage parfois sauvage et en dehors de toutes bonnes pratiques relatives à la préservation des écosystèmes, le transport à travers un continent puis à travers un Océan est très énergivore.
En préférant une essence élevée en France (oui, on dit élevée, comme un enfant, parce qu’on plante la graine puis on fait grandir la pousse jusqu’à ce qu’elle devienne un bel arbre !) on diminue ainsi l’empreinte écologique relative au transport de la matière !

Une cargaison à l'eau... ça ne serait pas arrivé avec du bois de Pays

2. Préférer le bois de Pays, c’est économique !

Si les bois exotiques (pour ceux qui sont exploités dans les mêmes conditions règlementaires qu’en France) sont très souvent onéreux, c’est avant tout parce qu’il faut les transporter. Ainsi, en choisissant un bois produit en France, on résout dans de nombreux cas une équation toute simple :

Moins de kilomètres à parcourir
=
Moins de carburant
=
Moins de dépenses liées au transport de la matière
=
Des économies pour l’utilisateur final !

Préférer le bois de Pays rend Happy !

3. Préférer le bois de pays, c’est éthique !

Et c’est même éthique à deux niveaux !
D’une part, parce que cela valorise une filière française qui a malheureusement beaucoup souffert d’une concurrence très déloyale. Certains pays ont en effet profité de l’absence de règlementation pour abattre des arbres massivement, en sous-payant leurs ouvriers, et bien souvent en ne se préoccupant absolument pas des notions de préservation des espèces, des environnements, ni même des populations. Des marchés noirs ont vu le jour, alertant jusqu’à INTERPOL.

D’autre part, parce que la filière française respecte justement une règlementation très stricte, en particulier d’un point de vue environnemental. Il ne faut pas oublier que les forêts captent et stockent le CO2 et sont aussi des habitats pour une flore et une faune riche. Une gestion durable, mettant notamment en place des plans de renouvellement des forêts exploitées, est donc impératif. C’est ce à quoi les propriétaires et exploitants forestiers français se sont engagés en souscrivant à des standards qui les obligent en ce sens.

4. Préférer le bois de pays, c’est polychromatique !

Si vous vous promenez dans la galerie de nos réalisations, vous découvrirez de nombreux projets, réalisés avec des essences très variées.
Les forêts françaises révèlent une très grande diversité : chêne, frêne, hêtre, pin, acacia… Chacun de ces bois a ses particularités :
– des couleurs naturelles allant d’un crème presque blanc au rouge, en passant par des bruns plus prononcés ;
– un veinage plus ou moins marqué, qui donne même parfois un effet moucheté…

Et bien sûr, si vous recherchez une teinte particulière, il existe de nombreux procédés comme les vernis ou encore les patines naturelles telles celles que propose Karine, alias Demoiselle Patine.

Bois de Pays et couleurs d'automne

Alors, convaincu.e.s ?

Si vous souhaitez en savoir plus ou que vous avez déjà un projet en tête, n’hésitez plus,

Contactez nous !

Et pour tout savoir de notre actualité, rejoignez la communauté de l’Atelier sur nos réseaux sociaux !
Picto Facebook Picto Twitter Picto LinkedIn Picto Pinterest Picto Instagram